Vin : cette année les cuves sont à moitié vides

Verre+de+vin

Dans le bordelais les vendanges touchent à leur fin, mais cette année les viticulteurs ne sont pas trop satisfait de leur récolte. En cause, les conditions climatiques non favorable telles que le gel et la grêle qui ont touché les vignobles au printemps, causant d’énorme dégâts sur le rendement. En effet, selon le ministre de l’Agriculture les vendanges de l’ensemble du territoire s’annoncent historiquement basses cette année.

Une grande perte dans les différentes régions de la Franceimages (3)

Cette baisse qui est prévue à 17 %, a plusieurs origines : dans le nord du beaujolais, c’est la grêle qui a touché les vignobles à mi-avril, dans d’autres régions viticole, c’est le gel très sévère de printemps qui a endommagé les grappes de raisin, comme le cas dans le bordelais et dans les charentes, avec le cognac ou encore dans le Jura et en Alsace. Avec une centaine de pieds sans aucunes grappes de raisin, les cuves des producteurs sont à moitié pleine. Selon l’un des responsables travaillant dans le grand négoce en vin, l’entreprise Raphaël Michel, la perte pourrait s’estimer à 25 millions d’euros, rien que pour les vignobles du bordelais. En effet, les professionnels de la région bordelaise prévoient cette année une récolte inférieure de 40 %. Au chai, le constat est sans appel, les cuves de fermentation ont du mal à se remplir. À Tutiac dans cette immense coopérative qui regroupe 450 viticulteurs, seuls 100 000 hectolitres seront produits cette année contre 220 000 hectolitres d’habitude. En effet, comme l’a déclaré le propriétaire du négoce en vin, Raphaël Michel, « la production du vin comme tous les autres produits agricoles sont très sujettes aux aléas climatiques ». Au niveau de la Gironde dans la région de Maricillac, le vigneron et le président de l’association générale de la production viticole, ne peut que constater les dégâts qui sont causés par la grêle. En effet, il y a la moitié de sa parcelle avec des pieds ne contenant aucune grappe.

 

Autres activités pour compenser les pertesimages (4)

Heureusement, ces régions viticoles, au cours de ces dernières années en plus de la production du vin, ont développé une nouvelle activité qui est le « œnotourisme». En effet, le tourisme viticole, est devenu une source de revenus importante pour certains professionnels, pouvant compenser les pertes de rendement de certaines années causées par les aléas climatiques. Exemple du tourisme viticole, celui de la région de la bourgogne avec la route des grands crus.