Easy Shop placé en redressement judiciaire

Rien ne marche comme avant pour Easy Shop, l’enseigne de matériaux roubaisiens, a fermé ses portes le 3 avril dernier à l’issue de sa mise en redressement judiciaire. La société qui a baissé ses rideaux a fortement souffert d’un manque de liquidité, perçu dans la déclaration de ses salariés qui n’ont pas été payé.

Placement en redressement judiciaire pour Easy Shop519d8bf1678fd_thumb900

Le passant dans la rue des Francs, à Tourcoing devant les barres HLM, remarquera sans doute la fermeture du magasin Easy Shop. En effet, depuis le 3 avril dernier, la société est mise en redressement judiciaire avec une période d’observation de six mois. Les conditions de ses salariés sont lamentables ce qui poussé l’adjoint au maire, Olivier Candelier, et des représentants de l’union local CGT a leur rendre visite sur les lieux pour constater le retard de leur salaire du dernier mois. Pire encore, la situation semble être difficile depuis deux ans.

Préoccupé de le l’état des salariés, l’adjoint au maire a incité ces derniers à déposer une requête auprès des Prud’hommes pour demander leur paie dans un délai raisonnable et a chargé sa collègue, Doriane Bécue, d’identifier les aides possibles à apporter à ces employés.

Rappelons que l’enseigne, qui avait le nom d’UM – Univers de la Maison- se spécialisait dans la vente des articles à bas prix. Depuis un an, elle a changé de nom pour porter celui d’Easy Shop. La société a d’autres magasines dans les Hauts de France, mais même ces derniers ont été fermés comme celui se trouvant à Arras.

La procédure du redressement judiciaire588f5ab0d1806d77452f41cf_logo-easy-shop

Etant une procédure très connue des procédures judiciaires prises à l’encontre des sociétés en difficultés financières, le redressement judiciaire intervient lorsque le débiteur est cessation de paiements. Le tribunal de commerce, unique organisme habilité de ce genre de litige, désigne un administrateur judiciaire, comme Philippe Jeannerot, pour apporter de l’aide aux dirigeants de l’entreprise afin d’identifier les solutions idéales pour réorganiser la structure durant la période d’observation. Comme le fait le patron du cabinet Philippe Jeannerot & Associés, cette intervention vise à assurer la poursuite de l’activité, le maintien des emplois (le maximum de postes si la situation nécessite des licenciements) et l’apurement du passif.

La phase du redressement judiciaire aboutit soit à la mise en place d’un plan de redressement sur dix ans, soit à la cession de l’entreprise au meilleur offrant qui garantit sa continuité, soit la liquidation de l’activité du débiteur.